Fédération Wallonie-Bruxelles Culture Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles Marmaille and Co Visitez notre Musée virtuel

Vous êtes ici: Expositions & saisons Anciennes expositions et anciennes activités > Les Intimistes verviétois

Les Intimistes verviétois

Mis à jour le 1er mars 2021 par Damien

Exposition temporaire

Outre les incontournables déjà montrés à maintes reprises (Derchain, Le Brun, Gérard et Pirenne), cette exposition fruit de cinq années de recherches ferventes d’un collectionneur italo-belge, a le mérite de nous faire connaître quelques-uns de leurs élèves, disciples ou simplement compagnons de route.

Un hymne à nos marches de l’Est et à la découverte d’artistes trop souvent méconnus.

  • Du 14 octobre au 12 novembre 2017
  • Tous les jours de 14h à 18h



Le catalogue de l’exposition

Afin de compléter votre visite, il est mis en vente, à l’accueil du musée, un magnifique catalogue,
format oblong, 30cm/23cm,
au prix de 38€







Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet


Bien qu’on ait parfois utilisé à leur sujet le vocable "École verviétoise", les Intimistes verviétois constituent une tendance, portée par un groupe d’amis, plutôt qu’une institution ayant des statuts officiels et prodiguant une formation qui y corresponde.













À travers tout le XXe siècle (Georges Le Brun fut tué dans les premiers combats de 1914), cette tendance s’est développée avec discrétion et sûreté dans un contexte général fait de particularismes où l’on retrouve l’école liégeoise menée par Armand Rassenfosse et Auguste Donnay, ou les peintres de l’Ardenne disciples d’Albert Raty et de Marie Howet.

Si l’on se réfère aux commentaires de critiques d’art à l’occasion d’une exposition tenue à Liège en 1913, on peut définir l’esprit qui anime cette équipe : «  Art sobre et nuancé, empreint d’une discrétion paisible et secrète, art d’étude, de goût et d’équilibre, profondément consciencieux et méditatif, art intérieur qui ne demande rien à l’éclat des virtuosités superficielles, mais qui cherche à pénétrer l’essence, l’âme des choses.  » (Pierre Stellan), «  Peintres d’intérieurs mystérieux et de paysages éloquents, ils donnent aux choses inanimées une vie intense. » (Aden). «  Ils exécutent des paysages familiers, des intérieurs et s’émeuvent comme les Intimistes français des faits ou des visions de la banalité quotidienne. » (Charles Delchevalerie) [Textes recueillis par Georges Schmits]

Maurice Pirenne, Philippe Derchain, Georges Le Brun, Joseph Gérard, Laurent-Léon Herve, Pierre Delcour, Adolphe Rémy, Max Gobiet, Ywan Cerf, Alphonse Lejeune, H. Mathieu, G. Martin et, de la génération suivante, Jean Julémont, Paul Schmitz et Charles Leuther sont les artistes que l’on estime être les représentants de cette tendance picturale. Le Musée de la Ville d’eaux, à Spa, expose actuellement une collection privée comportant un certain nombre de ces peintres, avec une prédominance d’œuvres d’Adolphe Remy.

C’est certainement un des intérêts de cette exposition de proposer, aux côtés des quatre premiers cités, des œuvres d’un certain nombre de leurs collègues et amis peut-être moins célébrés mais qui ne manquent pas de qualité : Pierre Delcour, Max Gobiet, Adolphe Remy, G. Martin et Adolphe Lejeune. La visite de l’exposition est une promenade pleine de charme et de sérénité dans la réalité des paysages et habitations de notre région d’alors. Un luxueux catalogue reprend toutes les œuvres exposées.

Écrit par Albert Moxhet